Préparons Dimanche
eucharistie : parole et pain

7ème dimanche de Pâques
08/05/2005

Les lectures du jour

Jeudi dernier, nous avons fêté l’Ascension de Jésus. Cette fête, intimement liée à Pâques, nous rappelle que Jésus ressuscité est entré le premier dans son Royaume et qu’il nous donne à tous, l’espérance de le rejoindre un jour. Nous avons également compris que ce retour du Christ auprès de son Père a été le point de départ de la mission des apôtres. C’est Jésus qui les avait envoyés pour annoncer la bonne nouvelle jusqu’aux extrémités du monde.

Mais la première lecture nous a montré que les apôtres ne sont pas partis tout de suite. Ils se sont retirés avec Marie et quelques amis. Malgré l’urgence de la mission, ils ont passé plusieurs jours pour prier ensemble. Ce temps de prière leur était nécessaire car la mission qui leur était confiée n’était pas une entreprise humaine. Elle dépassait leurs possibilités d’hommes. Quand le Christ envoie, ce n’est pas pour nous demander d’organiser, de programmer ni de gérer. Ils ne sont pas à leur compte mais à celui du Christ qui les envoie. La mission c’est d’abord son œuvre. C’est lui qui prend l’initiative.

Cela veut dire que leur destin sera uni à celui du Christ. Comme lui, ils sont envoyés dans un monde hostile. Au milieu de ce monde, ils devront être porteurs de lumière et d’espérance. Ils auront à souffrir la persécution, la souffrance et la mort. Leur sort sera semblable à celui de leur Maître. Ils partageront ses épreuves ; mais Jésus leur promet qu’ils participeront aussi à sa résurrection.

Pour le moment, les voilà donc retirés au Cénacle. Ils ont conscience de leurs limites et de leurs faiblesses. Mais ils se mettent humblement à la disposition de l’Esprit Saint. Par la suite, ce n’est pas eux qui témoigneront mais l’Esprit du Christ qui témoignera par eux. C’est la gloire de l’Esprit qui transparaîtra sur leur visage. C’est son témoignage qui passera dans leur regard, leur parole et toute leur vie.

Pour l’Eglise d’aujourd’hui, les exigences sont les mêmes. On ne peut pas être missionnaire sans puiser à la source, sans se laisser guider et animer par l’Esprit Saint. Sinon comment imaginer qu’un homme de 78 ans puisse recevoir la charge d’être le pape de l’Eglise universelle ? S’il a accepté cette lourde charge, c’est bien parce qu’il savait qu’elle venait du Christ et qu’il ne serait pas seul pour la remplir. C’est toujours l’Esprit de Dieu qui agit dans la faiblesse humaine.

Nous-mêmes, nous sommes tous appelés et envoyés en mission, les uns comme prêtres, religieux ou religieuses, d’autres à leur place de chrétiens baptisés et confirmés. La responsabilité des uns et des autres est différente. Mais c’est le même Esprit qui agit en chacun et il est important que nous donnions tous le meilleur de nous-mêmes là où nous sommes envoyés. Le Seigneur compte sur chacun de nous pour continuer son travail, sa mission.

Comme lui, nous devons être les signes vivants de l’amour de Dieu dans notre vie de tous les jours. Ce qui parlera le plus de Dieu ce sera notre manière d’aimer et de nous donner à Dieu et aux autres. Cela veut dire que pour témoigner efficacement de l’espérance qui nous anime, il nous faut être unis au Christ et entre nous. Des chrétiens divisés entre eux ne peuvent pas vraiment être reconnus comme disciples du Christ. Comme les apôtres, nous sommes tous invités à prendre ce temps de prière qui nous permettra d’être en harmonie avec celui qui nous envoie.

Celui qui nous envoie, c’est Jésus. En lui, nous ne sommes qu’une seule grande Famille. Nous avons tous reçu le même baptême, et de ce fait, nous sommes tous membres de la grande famille de Dieu. Le Christ veut que cette famille soit unie et qu’elle témoigne ainsi de la grandeur de l’amour de Dieu pour le monde. Cette unité de ses disciples, c’était sa seule vraie préoccupation au moment de passer de ce monde à son Père.

Nous savons bien que nous ne serons jamais à la hauteur de cette mission. Nous avons tous besoin de l’aide du Seigneur. C’est pour cela qu’il nous est bon de nous retirer pour des temps de prière et de réflexion. Ce cœur à cœur avec notre Seigneur nous permet de nous ajuster à lui. Il nous aide à mieux comprendre ce qu’il attend de nous. C’est absolument nécessaire car cette mission ne vient pas de nous mais de celui qui nous envoie.

Dans cette prière, nous devons souligner le rôle important de Marie, la Mère de Jésus. Elle était présente dans le groupe des apôtres. Elle est également dans l’Eglise d’aujourd’hui pour accompagner et soutenir notre prière. Elle a été la première à accueillir l’Esprit Saint au jour de l’Annonciation. Aujourd’hui comme autrefois, elle nous renvoie au Christ et à son Evangile. Comme aux serviteurs de Cana, elle nous redit : « Faites tout ce qu’il vous dira. »

Avec Marie et avec toute l’Eglise, prions l’Esprit Saint d’animer de l’intérieur nos engagements et notre témoignage. Prenons le temps de nous mettre humblement à la disposition du Christ et de son Esprit. Avant la Pentecôte, les apôtres se sont réunis à l’endroit où Jésus avait institué l’Eucharistie. En ce dimanche, nous sommes réunis, nous aussi, pour l’Eucharistie. Comme nous l’a rappelé le Concile de Vatican II, elle est source et sommet de toute vie chrétienne et de toute évangélisation.

Que notre cœur soit accueillant et disponible à la venue du Christ et de son Esprit pour que notre vie dise au monde quelque chose de sa présence et de son amour. Jean C

Jean Compazieu, prêtre de l'Aveyron ( 08/05/2005)
 

Blog Dimanche prochain ( réagir sur les forums, s'inscrire pour recevoir les homélies)

Ce commentaire n'est qu'un point de départ pour continuer la réflexion.
D'autres sources sont disponibles en cliquant ici.

 

[ Imprimer | Télécharger | Réagir | Autres homélies | Archives | Ajouter aux favoris ]

Puiser à la Source puiser à la source