Préparons Dimanche
eucharistie : parole et pain

22ème dimanche du temps ordinaire (B)
30/08/2009

Les lectures du jour

Nous retrouvons en ce dimanche l’évangile de saint Marc. Il nous rapporte des paroles du Christ qui sont de la plus haute importance. Cela se passait à l’occasion d’un repas. Les pharisiens reprochent à Jésus le fait que ses disciples ne se lavent pas les mains avant de se mettre à table. Comprenons bien, ce n’était pas une simple mesure d’hygiène. C’était un geste religieux que les juifs fidèles pratiquaient en signe de purification intérieure. C’est ainsi que de nombreuses pratiques traditionnelles avaient été ajoutées à la loi de Moïse.

Le problème c’est que ce culte purement extérieur ne correspondait pas à une attitude intérieure vraie. Et Jésus ne manque pas d’en faire le reproche : "Ce peuple m'honore des lèvres mais son cœur est loin de moi. Il est inutile le culte qu'ils me rendent. Les doctrines qu'ils enseignent ne sont que des préceptes humains." Puis Jésus va encore plus loin dans sa réponse : "Vous laissez de côté les commandements de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes." Pour Jésus, la vraie pureté, la vraie source de toute moralité, c’est le cœur de l’homme.

Nous sommes tous concernés par ces paroles du Christ. Nous avons reçu l'Évangile. Il nous a été transmis comme une bonne nouvelle. Mais tout au long des siècles, on y a ajouté des traditions qui correspondaient aux besoins d'une époque différente de la nôtre. Par exemple, la tradition nous avait habitué à recevoir l'hostie à genoux en tirant la langue ; mais bien avant, en 386, saint Cyrille de Jérusalem nous indique la plus belle manière de communier : "Lorsque tu t'avances, fais avec ta main gauche un trône pour la droite qui va recevoir le Roi. Reçois le Corps du Christ au creux de la main et réponds : AMEN". Pendant des siècles, c'est ainsi que l'on a communié.

Le plus important ce n'est pas de restaurer les traditions qui viennent des hommes mais de retrouver les vrais commandements de Dieu et de les mettre en pratique dans le contexte qui est le nôtre aujourd'hui. Les occasions ne manquent pas. Il suffit d'ouvrir le journal, la radio ou la télévision : Nous vivons dans un monde marqué par toutes sortes de violences. Les pauvres y deviennent de plus en plus pauvres et de plus en plus nombreux, même tout près de chez nous. Cela n'est plus tolérable. Les témoignages de Mère Térésa, Sœur Emmanuelle, l'abbé Pierre et bien d'autres sont là pour nous interpeller et nous ramener au grand commandement de l'amour vécu en vérité.

Aujourd'hui, nous sommes là devant le Seigneur. Il sait très bien ce qu'il y a dans notre cœur, en bien et en mal. Son grand projet c'est de nous faire entrer dans une relation nouvelle avec le Père des cieux. Au jour de notre baptême, nous sommes devenus des fils et des filles de Dieu. Nous avons été immergés dans cet amour qui est en Dieu Père, Fils et Saint Esprit. A partir de là, plus rien ne peut être comme avant. Nous ne pouvons plus nous contenter de belles paroles. L'important c'est que notre cœur soit près de Dieu, attentif à son Évangile. Écouter la Parole de Dieu, c'est nous ajuster à son amour universel qui dépasse tout ce que nous pouvons imaginer.

Ce Dieu que nous voulons honorer de tout notre cœur nous renvoie vers les autres, vers ceux et celles qui l'ont abandonné, ceux qui se sont égarés dans le péché, l'indifférence et l'incroyance. Et si nous voulons lui rendre un culte agréable, c'est vers les blessés de la vie que nous le trouverons, vers ceux qui ont faim, ceux qui sont victimes de la haine et de la violence des hommes. En venant à l'Eucharistie, nous ne nous contentons pas d'un simple geste religieux. Nous venons au Christ pour accueillir cet amour qui est en lui et le communiquer à notre monde. Les disciples n'avaient pas les mains bien propres mais ils étaient avec Jésus. Ils ont accueilli sa Parole. Plus tard, avec la puissance de l'Esprit Saint, ils l'ont portée au monde entier.

En ce jour, nous renouvelons notre attachement au Christ et à son Évangile. Ce que Dieu attend de nous, c’est que chacun donne le meilleur de lui-même. Le plus important c'est que nous soyons tous les jours habités par cette présence du Christ dans notre vie. C'est avec lui que nous apprendrons à déjouer les pièges du formalisme et à donner la première place à sa Parole. Il veut nous voir pratiquer librement ces deux grands commandements : L'amour de Dieu et l'amour de nos semblables comme nous-mêmes. Tout cela se trouve résumé dans le célèbre mot de saint Augustin : "Aime et fais ce que tu veux."
D'après diverses sources


Ceux qui le souhaitent peuvent demander à recevoir l'homélie par mail. Il suffit de vous enregistrer sur le blog http://dimancheprochain.org (en haut à droite)

Jean Compazieu, prêtre de l'Aveyron ( 30/08/2009)
 

Blog Dimanche prochain ( réagir sur les forums, s'inscrire pour recevoir les homélies)

Ce commentaire n'est qu'un point de départ pour continuer la réflexion.
D'autres sources sont disponibles en cliquant ici.

 

[ Imprimer | Télécharger | Réagir | Autres homélies | Archives | Ajouter aux favoris ]

Puiser à la Source puiser à la source